vendredi 22 février 2013

Cuvée rezéenne

Qui en veut encore à l'Oberlin ? il est déjà condamné à l'arrachage !

Le noah, cépage résistant et productif, fût très répandu dans les campagnes. Le taux de méthanol élevé de son vin* lui valu d’être interdit de plantation en 1935. Ceux qui prétendent que le noah rend fou et aveugle n’ont jamais dissuadé les connaisseurs.

Le vigoureux Baco est le fruit du croisement de la folle blanche et du riparia. Il fût créé par François Baco en 1902. Son vin* vif, fruité et très tannique est un bienfait pour les artères.

On doit le Léon Millot à l’alsacien Eugène Kuhlmann. Il est né vers 1911 du savant croisement des riparia, rupestris et riesling. On donna au cépage le nom du président de la Société Vosgienne de Viticulture pour lui rendre hommage. Ce cépage précoce et fertile, donne un vin* rouge de bonne qualité excellent remède contre le petit coup de blues.

L’Oberlin pur est interdit de culture et pire, condamné à l’arrachage. Il est né des mains de Charles Oberlin (1831 – 1915) qui l’obtenu en greffant un scion de gamay sur un pied de riparia. On dit que dans les campagnes, les amateurs de ce vin* qui tache, résineux et fort en alcool, s’échangent encore les boutures sous le manteau… chuuut !

*à consommer avec modération ou avec des copains

8 commentaires:

  1. ¡Baco!¡Baco!¡Baco!

    François Baco, l'instituteur landais de Peyrehorade qui a sauvé l'Armagnac et dont le cépage (le Baco rouge, interdit lui aussi en France) s'est exporté via Bayonne, Bordeaux, Nantes...

    "et sert, tant aux États Unis qu’au Québec, de plant de production à d’excellents vins (Appellations “Ontario”, “New York”, “Niagara Peninsula”, “Lake Erie North Shore”, “Pennsylvania”, “Quebec”, “Finger Lakes”, “Prince Edward County”, “Nova Scotia” et “Ohio”). Mais aussi, en Australie et même... en Chine, paraît-il !"

    http://www.centrecultureldupaysdorthe.com/figures-du-pays-d-orthe/fran%C3%A7ois-baco/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  2. L'Oberlin semble faire l’objet d'âpres échanges de plomb - à observer le panneau de la rue - à moins que ce ne soit une métaphore visuelle de l'état de l'estomac du buveur de ce breuvage prohibé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plusieurs plaques de rue du quartier ont subi le même sort, comme celle de la rue Baco qui a dû être remplacée. Les chiens sont plus pacifiques, ils arrosent les poteaux pour marquer leur territoire.

      Supprimer
  3. Je n'y connais rien en vin. Je ne sais dire que j'aime, j'aime pas. Mais j'en bois bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus important c'est de le boire en bonne compagnie.

      Supprimer
  4. il existe un apéritif d'Oberlin qui n'est pas mauvais

    RépondreSupprimer