mardi 14 septembre 2021

 


Au fond du Bassin d’Arcachon, quand la mer se retire, les étiers luisent et bruissent. Là-bas, on les appelle esteys, une probable déformation héritée du passage des Anglais.
Les esteys murmurent à l'oreille des poètes et Jean-Camille, poète demi fou, nous rapporte les légendes du Bassin.
Je l'ai rencontré à Bègles, chez un autre Jean, demi fou également et poète de talent.
Les héros de ces légendes courent l’estran sur des raquettes en bois, les eaux vaseuses grouillent d’anguilles fabuleuses , les déesses nudistes s’adonnent au soleil... Le bassin est la Mare Nostrum de l'homérique et rabelaisien poète girondin.
Vous croiserez Jean-Camille sur Fesses de Bouc , peut-être, si vous lui êtes sympathique et s’il lui reste quelques recueils, acceptera t-il de vous dire comment vous procurer «les Esteys m’ont dit »

samedi 11 septembre 2021

dimanche 5 septembre 2021

Pourquoi courent-elles?

 

"Deux femmes courant sur la plage" courent. Elles courent pour faire courir les garçons. C'est vieux comme le monde.



Esquisse au crayon pour une peinture que je vais bientôt mettre en chantier.

dimanche 29 août 2021

Hexen

Les éditions Hexen me font l'immense plaisir d'illustrer la couverture du numéro 3 de leur revue d'art et de littérature avec une de mes peintures. C'est avec impatience que j'attends sa sortie le mois prochain. Je reproduis ici l'article du blog "Revue et Editions Hexen" qui annonce cette prochaine parution.

https://editionshexen.com/2021/08/20/le-numero-3-de-la-revue-hexen-sortira-le-mois-prochain-voici-deja-la-couverture/






Le numéro 3 de la revue Hexen sortira le mois prochain : voici déjà la couverture !

Bonsoir !

Après moult péripéties, nous sommes heureux de vous annoncer la sortie du numéro 3 de la revue Hexen, nouvelle version, au mois de septembre 2021. C’est avec beaucoup de fierté que nous avons choisi d’illustrer la couverture de cette troisième édition par un dessin original signé Lucm Rezé.
Peintre dont vous pouvez consulter la somptueuse galerie en ligne ici (ainsi que ses réflexions, notes et pensées) : https://lucmreze.blogspot.com/

Ce nouvel opus de la revue Hexen s’annonce des plus riches ; voici les premiers éléments « bruts » :

Art et littérature.
Couverture originale de Lucm Rezé imprimée sur papier satiné « peau de pèche ».
Dos carré-collé.
40 auteurs.
12 peintres et photographes.
212 pages.
Papier couleur.
En ligne courant septembre 2021.

De nombreuses surprises figureront au sein des textes.

Il sera bien sûr disponible sur notre site de vente en ligne : https://editionshexen.bigcartel.com.

Evidemment aussi dans toutes les bonnes librairies de France et de Navarre… A bientôt pour davantage de précisions. Et bien sûr, nous organiserons un mémorable Cabaret Hexen pour fêter cette publication ! Nous comptons sur vous !

lundi 2 août 2021

La femme est bleue aux seins oranges

 





La terre est bleue comme une orange
Jamais une erreur les mots ne mentent pas
Ils ne vous donnent plus à chanter
Au tour des baisers de s’entendre
Les fous et les amours
Elle sa bouche d’alliance
Tous les secrets tous les sourires
Et quels vêtements d’indulgence
À la croire toute nue.

Les guêpes fleurissent vert
L’aube se passe autour du cou
Un collier de fenêtres
Des ailes couvrent les feuilles
Tu as toutes les joies solaires
Tout le soleil sur la terre
Sur les chemins de ta beauté.

                                            Paul Éluard

mardi 13 juillet 2021

Taches de son

 




 Sur ta peau si tendre et si lisse,
Dont ma bouche sait la douceur,
Le soleil d’été, par malice,
A mis des taches de rousseur.

                                           François Coppée - Arrière Saison

lundi 5 juillet 2021

Heureux comme Ulysse

 





Depuis début juillet et pour trois mois, une dizaine de mes toiles est accrochée au cabinet Odyssée Santé à Bouguenais Les Couëts. Je remercie Ophélie et tous les praticiens du cabinet pour leur accueil.

Merci également à Marie Desparmet pour cette opportunité.

Odyssée Santé,  2 rue de la Grande Ouche à Bouguenais


vendredi 18 juin 2021

Adoptez Chien de lisard

 

Rien à jeter dans  Chien de lisard le blog de Daniel Morvan


  116. Benne  La publication du samedi 29 mai 2021

 

À 11:37 un coupé Porsche huit
cylindres de 4 litres
550 chevaux
0 à 100 km/h en 3,9 secondes chrono
vitesse maximale de 286 km/heure
soit la vitesse au décollage
d’un A 340 ou d’un jet
Prix d’appel 149 217
émissions de CO2 de 268 à 289 g/km
Fait son entrée à la déchet’
de Saint-Brévin-les-Pins
le coffre arrière
s’ouvre une femme
en tire un objet le jette à la benne
puis remonte dans son coupé Cayenne

la scène a duré moins de deux minutes
l’homme d’astreinte
grande pelle gilet jaune fluo
laisse échapper une plainte
au soupir du V8
sidération aérolithe
elle a (dit-il) tout en double sous le capot
carburateur soupapes biturbo
ça double tout l’élite
lunettes noires et manteau
luxueuse caisse et bonne trieuse
Cette Aphrodite est pas réelle
Si tous les riches étaient comme elle


mercredi 16 juin 2021

La solitude de Giacomo Leopardi

 


Leopardi, le malheur d'avoir trop lu et de vivre à Recanati

... à l’âge de vingt-deux ans, quand la jeunesse devrait commencer, pour moi, elle est déjà terminée et passée. Étant donné que, à force d’obstination et d’application inconsidérée, j’ai ruiné ma complexion en pleine croissance, affaibli ma santé, et vu survenir la vieillesse au moment où j’aurais dû recueillir, grâce à ma jeunesse, le fruit de mes efforts passés […] J’ai toujours vécu dans une obscure petite ville, je n’ai ni relations, ni amitiés, ni appuis d’aucune sorte. Si bien qu’après avoir perdu tout autre avantage de la vie, je me vois réduit à perdre aussi, entièrement, cet ultime fruit des études qu’est la conversation des hommes d’esprit, et ce peu de réputation que tout individu insignifiant pense et désire acquérir. Mais celui qui vit enterré dans une ville comme la mienne ne peut jamais espérer devenir, je ne dis pas célèbre, mais même connu en quelque point de la terre. Toutes les fatigues, toutes les douleurs, toutes les pertes que j’ai endurées ne me servent à rien. Ici je suis méprisé, piétiné par tout le monde, tous les espoirs de mon enfance se sont évanouis, et je regrette quasiment le temps que j’ai consacré aux études, en me voyant confondu avec l’infâme lie des fainéants et des ignorants

Giacomo Leopardi, lettre à Angelo Mai, Recanati, le 30 mars 1821


lundi 31 mai 2021

Faire-part


J'ai l’immense tristesse de vous faire part du décès de la peinture.
 La cérémonie funèbre aura lieu sur Instagram.

mardi 18 mai 2021

De la salade pour les rêveurs

 



Le temps, l'espace, la vue et la réalité ont leurs tours et détours que seul un rêveur peut percer à jour.
                                                             
Howard Phillips Lovecraft - Les Contrées du rêve

mardi 11 mai 2021

Dessiner les suicidés de la littérature

Le Magazine Littéraire de juillet-août 1988 consacrait son numéro de l'été aux suicidés de la littérature. Huit dessins pleine page illustraient ce dossier avec l'ironie du désespoir.












jeudi 29 avril 2021

Dans quel livre j'erre ?

 


Dans quel livre j'erre? ou comment je me suis perdu dans l'espace/temps.
 
Le matin ici, je lisais Ailleurs, le livre de Patrice Roger-Chantin. 
Page 38, il nous transporte en train jusqu’à Tunis.

Le soir ailleurs, je lisais Catastrophes, le livre de Pierre Barrault. 
Page 43, le conteur (Pierre?) est dans une voiture verte. Sa compagne Claire, assise à l'arrière, conduit et une voiture noire les double. Pierre dans la voiture noire salue sa fille dans la voiture verte conduite par Claire. 
Page 45 , sur un quai de gare, le conteur (Pierre?)attend un train.
 
BLANC
 
Le matin et Ailleurs dans le train de Tunis ...
...

Je croise Claire. 

TILT
 
Retour  


samedi 24 avril 2021

L'Agave

 


Avoir chez soi un peu de Mexique en pot pour penser à Octavio Paz


L'agave est véritablement admirable.
Sa violence est quiétude, sa quiétude symétrie. Sa soif fabrique la liqueur qui l'étanche :
c'est un alambic qui distille pour lui même.
 
Au bout de vingt cinq années, s'élève sur lui une fleur, rouge et unique. Une tige sexuelle
la dresse, flamme pétrifiée. Puis, elle meurt.

Octavio Paz - Entre la pierre et la fleur (trad E.Dupas)