vendredi 24 février 2017

Le Havre rêve


Lundi 20 février, fin d'après-midi, la corne de brume gémit dans l'air épais d'humidité. Le Havre rêve éveillé, bercé par les longs râles.

mercredi 15 février 2017

Âme-de-mer en peine



– Matelots ! – Ce n'est pas vous, jeunes mateluches,
Pour qui les femmes ont toujours des coqueluches...
Ah, les vieux avaient de plus fiers appétits !
En haussant leur épaule ils vous trouvent petits.
À treize ans ils mangeaient de l'Anglais, les corsaires !
Vous, vous n'êtes que des pelletas militaires...
Allez, on n'en fait plus de ces purs, premier brin !
Tout s'en va... tout ! La mer... elle n'est plus marin !
De leur temps, elle était plus salée et sauvage.
Mais, à présent, rien n'a plus de pucelage...
La mer... La mer n'est plus qu'une fille à soldats !...

– Vous, matelots, rêvez, en faisant vos cent pas
Comme dans les grands quarts... Paisible rêverie
De carcasse qui geint, de mât craqué qui crie...
– Aux pompes !...
– Non... fini ! – Les beaux jours sont passés :
– Adieu mon beau navire aux trois mâts pavoisés !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Tel qu'une vieille coque, au sec et dégréée,
Où vient encor parfois clapoter la marée :
Âme-de-mer en peine est le vieux matelot
Attendant, échoué... – quoi : la mort ?
– Non, le flot.

                                          Île d'Ouessant. – Avril.


               Tristan Corbiere - Les Amours jaunes (1873)




mercredi 8 février 2017

L'insoutenable Légèreté





Pornic, station balnéaire, lieu d'insouciance et de légèreté.
L’hôpital, théâtre de la maladie, lieu d’incertitude et d’angoisse.
La chapelle profane,  lieu de l’esprit, lieu de la pensée.


En février, la Chapelle de l'Hôpital de Pornic sera par la peinture et la sculpture des artistes de l'Ecole de Bouin,   par les mots des poètes,  le lieu de l'insoutenable légèreté de l'être.



dimanche 5 février 2017

vendredi 3 février 2017

Homérique

Le Fennec - Informations ouvrières n°438


Fillon promet d'instaurer le salaire homérique

mercredi 25 janvier 2017

Phototage



 Chloém et Lucm phototent


Le phototage est à la conversation hypertexte ce que l’histoire sans parole est au cinéma parlant, une expression que le mutisme épure. Les images sont des mots comme les autres, une abstraction.  Le mot pipe n’est pas une pipe.

Faute d’alphabet, Cro-Magnon peignait sur la paroi la représentation de ses émotions quotidiennes. 40 millénaires  sont passés et nous recevons toujours la communication. Pas sûr que les hommes du Googlelithique fassent mieux dans le temps.  Nous nous contenterons du plaisir intime d’échanger dans l'instant nos esquisses ordinaires.


Chloém / essai de gravure


Lucm / esquisse fumeuses d’herbe

samedi 21 janvier 2017

Le Chant des morts

Écouter Le Chant des morts, suivre l’entrelacs des mots manuscrits de Pierre Reverdy et des traces ensanglantées de Pablo Picasso. Faute de pouvoir s'émouvoir avec l'un des 270 exemplaires du Chant des morts, on peut acheter pour un prix modique la copie publiée par Gallimard. L'éditeur a reproduit l'imprimé de ses lithographies en format réduit pour que, comme moi, le plus grand nombre puisse entrevoir la splendide simplicité de l'œuvre . Le texte poétique dit la vie, la condition d'homme, le chemin vers la mort. On ne fait pas d'effet pour exprimer cela. Les mots sont nets et beaux. Les tracés abstraits rythment l'écriture manuelle. Reverdy et Picasso conjuguent la pureté, la poésie s'incarne.


 de Il a la tête pleine d'or
à Main agile patiente