dimanche 13 janvier 2019

L’Autofictif

Nu aux jambes d'un kilomètre (et sans un pli)

La nudité féminine n’a cessé d’inspirer les peintres. J’y voyais de la fascination pour l’incomparable beauté de ces corps, leurs lignes pures, leurs formes pleines, avant de m’aviser que le drapé compliqué de leurs toilettes était certainement beaucoup plus long et difficile à saisir que l’unique pli de leur sexe.
Eric Chevillard dans L’Autofictif  

dimanche 6 janvier 2019

Permis de démolir

rue Emile Blandin

Ainsi, ils se permettent.
De quel droit nous imposent-ils un immeuble normalisé à nous qui aimions tant ce pêle-mêle de maisons que le hasard et le temps avaient fait éclore ? J'avais peint sur une toile ces maisons et ainsi, elles m'appartenaient un peu. Ils m'ont spolié. Enrichir le promoteur et faire entrer l’impôt, voici le mobile qui justifie d’abattre la beauté de notre ordinaire.


rue Emile Blandin

vendredi 21 décembre 2018

Dessin hors-saison

Petit remède à la neurasthénie : dessiner des femmes et des fleurs

mercredi 5 décembre 2018

Aux petits soldats

Alors que ceux qui ne sont rien s’en prennent à l’arc du triomphe glorieux de l’empire, Emmanuel-Napoléon déclare : « Petits soldats du macronisme, vous ne rentrerez dans vos foyers que sous des arcs de triomphe »



Projet de monument à la gloire de nos cadres et collaborateurs d’élite
Crayon à papier – 2012

mardi 27 novembre 2018

L'invitation

Lucm-2009

L’Invitation au Voyage

Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

                                           Charles Baudelaire - Les Fleurs du mal

dimanche 25 novembre 2018

Pégase


Rencontré ce jour, le coursier ailé - rue Julien Albert

mardi 13 novembre 2018

Arrière-cour

Samedi dernier, en sortant du Temple du goût où Hervé Jobin et Florian Auger exposaient, l’un ses peintures et l’autre ses dessins, je suis passé par l’allée des Tanneurs et devant le porche, l’idée m’est venue d’aller voir. Je n’étais pas entré dans cette arrière-cour depuis 1980 ou 1981, un temps où j’habitais à deux pas d’ici. Je pensais que depuis il ne subsisterait rien du Garage Demy. Mais, ô surprise !  Il en restait assez pour me replonger dans les souvenirs en noir et blanc du garage qui fonctionnait alors; l’odeur de l'huile de vidange, le bleu crasseux du mécano, les voitures le ventre ouvert dans cet antre caché de la rue.

Puis l’émotion d’imaginer qu’un jour, Jacques Demy avait joué sur le pavé de cette cour.





vendredi 9 novembre 2018

dimanche 4 novembre 2018

Peinture à l'eau

C’est une chose bien curieuse que la peinture à l’eau



curieuses

jeudi 25 octobre 2018

Années folles

Musée des arts de Nantes, La grande plage à Biarritz (1923) - Jacqueline Marval


Les belles, teint frais, coupe garçonne, chapeau et robe légère sont au spectacle. Depuis la promenade qui surplombe la grande plage de Biarritz, elles sont là pour voir et pour être vues. Les années sont folles. Les enfants propres et bien éduqués promettent des lendemains sans souci. Le panorama éblouit et la lumière aveugle. Loin en bas, la foule immense et anonyme va à la mer. Nous sommes en 1923 et l’océan gronde.

lundi 22 octobre 2018

Hors-champ

Hors-champ - lucm 2014


Georges Bonnet - Ce qui toujours s'approche

mardi 9 octobre 2018

Les valeurs de notre entreprise

« En mars-avril l’ensemble des managers de [notre société] a été formé sur les notions clé de la Santé et de la Qualité de Vie au Travail. Cette formation a permis de donner une culture de la prévention pour faire des encadrants des acteurs engagés sur la dimension SQVT. »

Ainsi le service des ressources humaines nous informait que nos managers se soucieraient dorénavant de notre bien-être au travail.
Pris dans cette euphorie, j’ai eu la malheureuse initiative de partager (il semblerait un peu trop largement) avec mes collègues un dessin d’humour paru dans la presse patronale. Las, le bonheur au travail tel que le conçoit ma hiérarchie ne supporte pas l’humour et je fus donc convoqué par les RH lundi au petit matin pour une leçon de morale. Le dossier est accablant, diffuser ce dessin de Dubuisson a été vécu, me dit-on, comme une agression par ma hiérarchie et comme une entreprise de démolition de la démarche SQVT dans l’entreprise. Vous n’êtes pas heureux, Zuiton ?


lundi 17 septembre 2018

Le cheval blanc


Kasëm Trebeshina - Odes et satires - Tirana -1994 (trad. A. Zotos)
La main de Singe n°17   Prosateurs et poètes d'Albanie



Cheval blanc pour le singe


mercredi 5 septembre 2018

Sérénade


Chanson d’été – Lucm 2016


 Je suis sous sous sous sous ton balcon
Comme Roméo ho! ho! Marie Christine
Claude Nougaro