mardi 7 juillet 2020

Femme-lit


ensommeillée

La Femme lit
       empaquetée à la grosse ou bien demi-nue lénitive le lit fourré du corps (amande) si peu distinguer entre eux les jambes cessent de nager dans le concentré des draps jusqu’à la taille – oscillation du buste aux seins nus – la femme lit sent que toute son corps lui est donnée en secondes noces.
   Sophie Loizeau - La Femme lit (2009)                 

mardi 23 juin 2020

Vivement

Vivement qu’on se renifle, qu’on se sniffe,
et qu’on écoute Véro Ferré dire le désir et la vie,  vivement …

Sylvain :guitare basse & autres sons - Xavier : percussions






jeudi 11 juin 2020

J’aime ...


J’aime regarder les filles sur la plage dynamique
Leurs poitrines gonflées les seins aérobics

J’aime regarder les filles sur la plage statique
Leur parfum débordant l’espace prophylactique


jeudi 4 juin 2020

L’esthétique du poteau électrique


Rezé- aquarelles sur cartons d’emballage alimentaire est une œuvre en évolution permanente.

                                  https://www.instagram.com/lucm_emballages/

Elle nait du confinement et vivra comme la ville de banlieue, en extension et en perpétuel renouvellement. Pris un à un, les éléments qui la composent ne disent rien de Rezé, le tout compose un portrait sensible d’une banlieue. Les moyens vulgaires de l’emballage, destiné généralement à la poubelle se révèle être un support de qualité pour l’aquarelle. La banalité des lieux, l’adaptation des architectures à la sociologie et aux techniques nouvelles des villes périphériques, tout semble pouvoir s’effacer sans préjudice. Pourtant, l’ordinaire et l’universelle banalité comme une rengaine, révèlent leur poésie. Il manque une cheminée ici, les ombres sont parfois excessivement contrastées, les lois de la perspective sont approximatives mais le portrait sensible de Rezé est authentique. Cette œuvre  forme un tout, chacun peut acquérir une de ces aquarelles et participer à l’utopie d’en faire une possession partagée.      Email : lucm.reze@free.fr