jeudi 10 décembre 2015

La Beauté


 
Sur la côte basque où, de l’immensité, les vagues déferlent, Frédéric Schiffter penseur sentimental, vit, flâne, surfe, écrit des essais philosophiques.
Dans La Beauté - Une éducation esthétique (2012) , Frédéric Schiffter partage ses expériences esthétiques, parle de la beauté, une émotion en voie de disparition qu’il s’emploie à sauver.
" Plus jeune, je ne terminais jamais un roman captivant sans ressentir une petite tristesse (et c'est pourquoi quand j'approchais de la fin, je ralentissais ma lecture), de même quand je quittais une salle de cinéma où je venais de voir un film émouvant et là, le mot « Fin » tombait comme une absolue nécessité. Mais j'avais pris conscience que, au lieu d'annuler mon plaisir, pareille tristesse s'y mélangeait et en augmentait la sensation. À mes yeux, une œuvre dont je n'aurais eu aucune nostalgie, après en voir goûté la beauté et que je ne me serais pas secrètement promis de retrouver un jour, ne valait pas grand-chose."
 écrit-il dans les dernières pages: la preuve par l’exemple.


2 commentaires:

  1. J'aime bien cet opuscule que personne n'a lu. Merci pour cette attention.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La beauté a l'élégance de ne pas se répandre.

      Supprimer