lundi 17 février 2014

La tannerie-corroierie Le Roy


En 1850,  Pierre Félix Devin a besoin d’eau pour installer sa tannerie.  Il choisit de  s’établir à la Rousselière sur le bord de l’Ilette, petit affluent de la Sèvre qui sépare les communes de Rezé et Vertou.  En 1854, Pierre Félix prend sa retraite,  Louis Devin, son fiston, assure la relève. L’entreprise prospère et les extensions se succèdent. En 1898, alors qu’elle est à son apogée, l’usine est reprise par la société des Frères Le Roy et  emploie jusqu’à deux cent ouvriers. A partir des années vingt l’activité décroit et en 1954,  la tannerie-corroierie ferme. En 2003, une société immobilière rachète les vieux bâtiments à l’abandon pour en faire une résidence hôtelière.

Cette reconversion a sauvé les vieux murs de la ruine. Le décor de briques  vernissées et les moulures de terre cuite sont restaurés. L’ancienne tannerie n’a rien à envier aux hangars de nos zones industrielles. Elle témoigne des innovations architecturales de la fin du XIXème  avec  l’utilisation du béton armé, des poutres métalliques de longue portée, du verre. Au début de l’ère industrielle, l’outil de travail représentait toute la valeur du capital investi. Aujourd’hui plus volatiles, les entreprises s’échangent et se délocalisent d’un clic sur les écrans d’ordinateur.







5 commentaires:

  1. Ben flûte alors. Où mes commentaires s'envolent-ils donc ?
    Je parlais des moulins de Pantin et d'une tuilerie de Tarbes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un censeur de chez google jaloux de nos contacts webiens?

      Supprimer
  2. Bonjour,

    Je vous cite sur http://lefenetrou.blogspot.com
    Découverte hier en allant se balader le long de l'Ilette.

    Il me reste à visiter l'intérieur.

    RépondreSupprimer
  3. Des bâtiments magnifiques !
    Comme Berthoise j'ai pensé à Pantin.
    Cependant, grande différence à mes yeux, ici les bâtiments sont habités par des humains, pas par des requins de la finance ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l’anecdote, quand Chabrol a tourné « La demoiselle d’honneur » (en parti à Rezé, on voit le quartier de Trentemoult et aussi l’hôtel de ville) une partie de l’équipe logeait ici.

      Supprimer